Clinique vétérinaire Janson S.P.R.L.

> Revenir aux articles

Les maladies de l’oreille

Les pathologies de l’oreille comprennent les infections de l’oreille (otite) et les dermatoses du pavillon auriculaire.
L’inflammation de l’oreille peut être externe (atteinte du pavillon auriculaire et le conduit auditif externe), moyenne (atteinte du tympan et de la cavité tympanique) ou interne.
Ce sont des entités à parts entières et peuvent constituer de véritable « challenge thérapeutique ».
Il est important lors d’otite de regarder l’animal dans son ensemble afin de déterminer s’il s’agit de la seule pathologie ou s’il fait partie d'une affection cutanée plus généralisée.

1. Anatomie



L’oreille est composée de l’oreille externe, moyenne et interne.

A. L’oreille externe

Elle comprend le pavillon auriculaire et le conduit auditif.

Le pavillon auriculaire présente de grande variation de forme sans l’espèce canine, il est fortement irrigué, ce qui explique les saignements importants lors de blessures et le risque d’othématome.

Le conduit auditif est en forme de « L », il mesure entre 5 à 10 cm en fonction des races et de 3 à 5 mm de diamètre et se termine par le tympan,
Des glandes sébacées et cérumineuses sont présentes dans la paroi du conduit.
Leurs sécrétions forment le cérumen.



Le cérumen joue un rôle de protection et possède une activité bactériostatique.



Conduit auditif avec présence de cérumen en trop grande quantité.






Le tympan est une membrane séparant le conduit auditif (portion horizontal) de l’oreille moyenne.
Il est constitué d’une zone tendue et transparente (pars tensa) et d’une zone flacide contenant les vaisseaux (pars flacida).





B. L’oreille moyenne

Elle est formée par une cavité remplie d’air (bulle tympanique) et comprend les osselets (marteau, enclume et étrier) qui transmettent les vibrations du tympan à la fenêtre vestibulaire, la trompe d’Eustache.
L’inflammation de l’oreille moyenne peut provoquer des difficultés à la mastication, de la paralysie gustative, le syndrome de Claude Bernard-Horner,…


C. L’oreille interne


Elle est composée par un ensemble de cavités et de conduits. Elle est responsable de la surdité lors de son atteinte.


2. Facteurs étiologiques



De nombreux facteurs sont à l’origine de l’otite et le traitement sera adapté à l’origine (allergie, corps étranger, tumeur…). Il est dès lors important de consulter votre vétérinaire qui effectuera les examens complémentaires nécessaires (otoscopie, examen cytologique du cérumen, radiographie…).
Seul le traitement de cette cause sous-jacente apportera la guérison de l’otite.

Facteurs primaires et/ou favorisants

Facteurs perpétuants
Inflammation et/ou hyperséborrhée


Facteurs perpétuants
Hyperplasie épidermique - cérumineuse

Facteurs secondaires
(multiplication bactérienne – levure)


3. Signes cliniques



Lors d’otite externe:

- Douleur variable.
- Prurit.
- Mouvement de la tête.
- Agressivité.
- Odeur.
- Modification de la couleur du pavillon.
- Modification de l’aspect du pavillon (othématome...).
- Modification du port de l’oreille.


4. Examens complémentaires



Ils sont effectués en fonction de la symptomatologie observés et de l’anamnèse recueillie.
Certains sont effectués automatiquement lors d’otite afin de déterminer la présence de facteurs secondaires et/ou perpétuants:

1. Examen auriculaire / Examen otoscopique
2. Examen cérumen (examen direct ou après coloration)

Examen direct du cerumen, on note la présence de 2 otodectes cynotis.

D’autres sont réservés lors d’affection chronique, d’otite moyenne, tumeur,…

1. Vidéo-otoscopie
2. Myringotomie
3. Imagerie médicale
4. Examen histopathologique
5. Trépanation de la bulle tympanique
6. Tympanométrie
7. Potentiels évoqués auditifs




Radiographie latéral d’un chat : Elle permet de mettre en évidence la cavité tympanique gauche (normale).
















5. Traitement



Il s’effectue en deux parties, la première est le nettoyage du conduit avec un produit (hydrophile, lipophile…) adapté au type d’otite (cérumineuse, suppurée…) qui permet l’élimination des débris suivi par un traitement topique contenant les molécules adaptées à l’infection de l’oreille.
Ce traitement est à effectuer de une à eux semaines minimum en fonction de l’évolution.
Un traitement par voie orale n’est mis en place que lors d’otite moyenne ou interne.

6. Recommandation



Afin d’éviter l’apparition d’une otite, il est important d’entretenir une hygiène auriculaire régulière avec une solution de nettoyage adapté à votre chien ou chat.
Afin que le nettoyage d’oreilles de votre chat ou chien ne soit pas synonyme de stress, habituez-le dès son plus jeune âge.

NE PAS UTILISER DE COTON TIGE DANS LE CONDUIT AUDITIF.

Le nettoyage s’effectue en instillant la solution dans le conduit (pression douce pour éviter une surpression), masser le conduit à la base de l’oreille pendant une à deux minutes.
Laisser votre animal secouer la tête (effet mécanique pour la remontée des saletés), nettoyer avec du coton l’entrée du conduit auditif.
EFFECTUER CETTE OPERATION JUSQU’A OBTENTION D'UN LIQUIDE DE RINCAGE CLAIR.